Il s’agit d’une œuvre de théâtre musical ; des éléments scéniques sont ainsi exploités : disposition des instrumentistes autour du public, utilisation du déplacement de musiciens, utilisation d’objets quotidiens, écriture musicale jouant avec la perception de la position du son dans l’espace.

 

Tout converge alors vers une stimulation simultanée de l’ouïe et de la vue.
 

La disposition et l’éclairage des instrumentistes et instruments donnent à la scène une atmosphère d’installation. les ombres des acteurs mises en valeurs par l’éclairage suggèrent un ballet ; une chorégraphie de gestes instrumentaux surgit derrière le rideau.
 

L’écriture musicale s’appuie sur des techniques sonores et visuelles telles que les polyphonies intercalées ou complémentaires (hoquetus), l’imitation, la spatialisation de l’électronique (ou d’instruments conçus pour ce rapport comme le Spat’sonore). l’ensemble enrobe ce rapport entre espace et son ; vue et ouïe se confondent et se complètent.
 

Peu à peu, quelques instrumentistes viennent s’installer au centre du publique, l’espace de la scène s’élargit. l’espace visuel du public se confond avec l’espace scénique. musique, espace, public et musiciens, l’ensemble construit un seul corps perceptif. 

PAYSAGE AVEC ARGAUNOTES

 

Voulez-vous que je parle de moi moi qui
de qui est-il question quand
il est question de moi Qui est-ce moi
Sous l’averse de fiente Dans la peau de calcaire ou encore moi un drapeau un

Lambeau sanglant à la fenêtre Un flottement
entre le néant et personne à condition qu’il y ait du vent moi déjection d’un homme moi déjection
d’une femme lieu commun sur lieu commun moi enfer rêvé Qui porte mon nom par hasard moi angoisse
de mon nom de hasard
MON GRAND-PÉRE ÉTAIT
CRETIN EN BEOTIE
moi mon périple
moi mon invasion ma colonisation

- extrait de Paysage avec Argonautes de Heiner Muller - 

LA RÉLATION MUSIQUE - TEXTE

COLLECTIF WARNING | INSANAE NAVIS | SAISON 2015/2016