Accueil                               Biographie                              Musique                                 Agenda                               Contact

Autre hyphotèse pour la fin de Jacques le Fataliste 

 

Oeuvre réalisé avec l'aide du Fonds Brizard

1º Prix 4º Concurso Latinoamericano de Composición electroacústica y Electrónica 

Gustavo Becerra Schmidt pour violoncelle et électronique

 

         

         Jacques, le fataliste de Diderot m’a toujours surpris par sa fraîcheur et fluidité. Dans un parcours croisé entre les études sur les relations entre théâtre et musique et la relecture de l’œuvre, inconsciemment la forme de Jacques est devenue un personnage de mon propre travail.

         Histoire d’histoires, le livre Jacques le fataliste est une forme de labyrinthe narratif dans lequel l’auteur, le narrateur et les personnages, tous mélangés, établissent un dialogue avec le lecteur. Forme spiralée, le livre donne voix à des personnages qui nous présentent leurs aventures, dans lesquelles d’autre personnages deviennent narrateurs d’autre situations avec d’autres personnages…

         Dans cette forme de hypertexte et marginalia narrative, l’histoire de livre termine pour être le parcours et les enlacements construits par les propres lecteurs dans la traversée de l’œuvre.

         Mais l’histoire de Jacques n’a pas une fin.

         L’auteur reconnaît ne pas savoir précisément comment termine son récit, et après avoir offert trois différentes possibilités, termine pour inviter le lecteur à relire l’œuvre pour inventer sa propre version.

        

         Je me suis permis d’écrire la mienne.

 

Januibe Tejera, 2006

© Julio Ghiorzi

 Violonceliste – Sietse-Jan Weijenberg

Éléctronique – Januibe Tejera